Blogue

« Retour  Voir tous les billets

 | 
Annie Lévesque

Réflexion sur le marché de l’art québécois

Alors que nous sommes dans l’ère de la promotion de l’innovation et de la créativité, plusieurs galeries d’art du Québec, lieux de diffusion d’esprits créatifs, ont vu leurs revenus diminués ou bien ont carrément fermé. Pourquoi ? Oui, il y a la crise économique, oui les œuvres d’art ne sont pas des objets de première nécessité au même titre que la nourriture ou les vêtements. Mais, quelles sont les raisons qui font que les galeries d’art ne sont pas des lieux d’attraction de la masse populaire? Des lieux incontournables pour aller à la découverte de l’innovation et nourrir sa curiosité. Et surtout, qu’est-ce qu’on pourrait changer ?

Tout comme l’a déjà dit Louis Garneau, « c’est lorsque les temps sont difficiles qu’il est temps de se réinventer. »

Depuis quelques années, plusieurs galeries québécoises ont le désir de démocratiser l’art. Entre autres, elles offrent la possibilité aux clients de payer en versements mensuels, et ce, sans frais ni intérêt afin de rendre plus accessibles les originaux créés par des artistes d’ici. À titre d’exemple, un couple qui décide de s’acheter une œuvre à 925$+tx en 12 versements mensuels, aura des paiements de 88.63$, soit de 44.31$ par mois, chacun. Sachant qu’il existe des œuvres à tous les prix, pour tous les budgets et pour tous les goûts, est-ce plus accessible pour vous ?

Certains me diront que c’est une question de culture et d’éducation. Pour moi, l’art c’est une question de curiosité et surtout de cœur. Pour acheter une œuvre, ça prend « le » coup de foudre. Et ce coup de foudre, il est bien personnel. En référence, je cite Nathalie Bondil, directrice et conservatrice en chef du Musée des beaux-arts de Montréal : « Il faut observer la réaction des enfants envers les arts visuels. Ils sont naturels, sans idées préconçues, spontanés, émotifs… Ce ne sont pas des « connaisseurs », ils aiment ou ils n’aiment pas, tout simplement. Les arts, c’est aussi simple que ça. »

L'expérience qui accompagne l'achat d'une œuvre d'art est un investissement émotionnel d’une grande valeur. Peu importe le prix d'une œuvre qui nous touche, si on décide de l'acheter et de la mettre dans son environnement, dans le but de vivre avec, de la côtoyer tous les jours et de se sentir transporté, ému, à chaque fois que nos yeux se posent dessus, et d'observer le même effet chez nos invités, dans ce cas, on peut affirmer hors de tout doute avoir eu un retour sur un investissement. C'est acheter une expérience beaucoup plus qu'un produit, une expérience qui demeure longtemps après avoir oublié le prix.

Encore aujourd’hui, en 2014, certains visiteurs me disent qu’ils se sentaient intimidés ou bien mal à l’aise d’entrer dans une galerie d’art avant de visiter la galerie Ni Vu Ni Cornu. Pourquoi ? Est-ce une peur du jugement ou bien la peur de se sentir ignorant ? Est-ce une réticence causée parce qu'ils craignent de ressentir une pression d'acheter?

Je crois qu’il est temps de compiler toutes les réponses. En tant que galeriste, et aussi en tant que peintre en arts visuels, j’ai envie de faire les choses différemment. Selon moi, il est possible d’innover et de faire autrement. Je crois fermement que nous avons le pouvoir d’élargir le marché de l’art québécois, mais pour cela nous devrons travailler ensemble : les clients, les non-clients, les artistes, les commissaires, les critiques d’art et les galeristes. Et surtout, nous devrons nous poser les vraies questions et laisser nos tabous et nos préjugés de côté.

Et vous, qu’est-ce que vous pensez des galeries d’art du Québec que vous avez visitées ? Faites-moi ce cadeau, parlez-moi de vos expériences. J’ai envie d’apprendre. Je suis curieuse.


Annie Lévesque
Propriétaire de la galerie Ni Vu Ni Cornu et peintre en arts visuels

En collaboration avec Caroline Houde, consultante en arts et Marie Chantal Le Breton, peintre en arts visuels

Partager

Voir tous les billets du blogueur

Vos commentaires

  • Marie-France Roy

    Bonjour, quelqu'un m'a dit qu'il y avait un commentaire qui devait être laissé par un collectionneur et par elle même, je voulais lire les deux commentaires et avoir le nom du collectionneur, est-ce qu'ils seront placés, j'aurais aimé le lire. C'est un collectionneur. Il parlait des nouveaux artistes par rapport aux galeristes. Merci de me répondre. Bonne journée. Marie-France Roy

  • Serge Lyonnais

    Je suis artiste peintre et ma situation est particulière parce que ma peinture n'est pas mon gagne-pain. Alors je peux me permettre de fixer des prix qui sont à la portée d'un plus grand nombre de gens. La notoriété que pourrait m'apporter l'appréciation d'un connaisseur m'importe peu. De plus les non-connaisseurs sont plus nombreux que les connaisseurs. Alors je préfère miser sur le nombre. Je trouve plus valorisant de vendre la majorité de mes œuvres lors d'une exposition que d'en vendre une seule à un connaisseur à un prix élevé.
    Merci

  • Lafrance, Pierre

    Pour être un connaisseur et collectionneur, ce que je trouve navrant c'est que le marché n'ouvre pas assez aux nouveaux artistes émergents. Ce sont pratiquement toujours les mêmes artistes '''des connus''.. oui c'est correct, mais j'ai fait des trouvailles incroyables dans des ateliers d'artistes qui me disaient qu'entrer en galerie, c'est pas évident, l'ouverture des galeristes n'est pas grande. À Québec, ce toujours les mêmes, et on trouve la même chose à Montréal, pour y avoir vécu plusieurs années. Tant de talent caché qui ne sont pas exposés parce que le '''CV'''... ne correspond pas à la galerie, c'est triste. Le talent et le CV... les galeries devraient vraiment en faire une différence.

« Retour   Laisser un commentaire 



caractères restants

*Votre commentaire sera publié dès qu'il sera approuvé.

Code de sécurité :
Entrez les caractères figurant dans l'image.

Rafraîchir

Envoyer

Retour

Partenaires

Logo Desjardins Côte-de-Beapré Île-d’Orléans Logo MA tv Logo IGA Logo Le groupe JD de Boischatel Logo Developpement Côte-de-Beaupré Logo MRC Île d’Orléans Logo MRC Côte-de-Beaupré Logo Emploi Québec Logo Gouvernement du Québec Logo Sanctuaire Ste-Anne-de-Beaupré